mardi 1 janvier 2019

Ils ont fait mon année ciné 2018

Cette année, j'ai vu environ 90 films sortis en salle, voici une petite sélection des films que je retiens, sans ordre de préférence, cependant, une mention spéciale pour Les Chatouilles.



  • Les Chatouilles d'Andréa Bescond et Eric Métayer : une réalisation brillante, rien n’est montré par hasard, tout est nécessaire. Le casting est incroyable. C’est ma plus grosse claque ciné de l’année et aussi ma séance la plus éprouvante.
  • 3 Billboards, Les Panneaux de la Vengeance de Martin McDonagh : un drame puissant porté par un casting exceptionnel. 
  • Assassination Nation de Sam Levinson : Chasse aux sorcières des temps modernes, réalisation percutante, scénario intelligent, propos et messages importants et nécessaires. Quelle claque ! 
  • BlacKkKlansman - J'ai Infiltré le Klu Klux Klan de Spike Lee : le film a beau se dérouler dans les années 70, il n'en reste pas moins actuel. Il prend parfois des allures de comédies mais il s'agit bien d'un drame nécessaire pour rappeler que le monde n'a que très peu évolué.
  • Paranoïa de Steven Soderbergh : excellent thriller à l'ambiance oppressante et angoissante, traitant du harcèlement porté par la brillante Claire Foy.



    • Bohemian Rhapsody de Bryan Singer : le film met l'accent sur la créativité et la création des plus grands tubes du groupe Queen. Il m'a ému à de nombreuses reprises, le casting est impeccable. Rami Malek est véritablement habité. Certes c'est un biopic classique mais c'est une véritable réussite qui se termine en apothéose.
    • A Star Is Born de Bradley Cooper : offre un rôle à la hauteur du talent de Stefani Germanotta (alias Lady Gaga), j’ai adoré la découvrir sans artifice et c’est dans ce rôle que je l’ai préféré. Le rythme est inégal, et je lui ai trouvé quelques longeurs, A mesure qu’Ally prend son envol, Jackson sombre de plus en plus jusqu’au point de non-retour. La fin m’a anéanti et la chanson finale est sublime. Si le film doit recevoir un prix, pour moi, c’est pour sa BO et ses chansons originales écrites par Bradley et Lady Gaga. D’ailleurs, leur alchimie à l’écran est incroyable.
    • Love, Simon de Greg Berlanti : Si un mot devait caractériser Love, Simon, ça serait « bienveillance ». Il aborde les thèmes de l’identité sexuelle avec justesse et finesse au travers de personnages attachants et touchants.
    • Silent Voice de Naoko Yamada : il aborde avec justesse le harcèlement scolaire et ses conséquences, mais aussi le handicap, le suicide… Il est doux, et bien des larmes ont coulé pendant la séance. 
    • Lady Bird de Greta Gerwig : film qui fait du bien, d’une simplicité efficace, l’adolescence est abordée de manière touchante et réaliste et le film fait la part belle à l’amitié, le tout porter par une jolie B.O et un brin de nostalgie.



    • Searching - Portée Disparue d'Aneesh Chaganty : Searching pourrait être un énième thriller suivant une enquête pour disparition mais il n'en est rien, original dans son procédé et sa mise en scène, il s'avère efficace en nous offrant du suspens jusqu'à la fin ! 
      • Call Me By Your Name de Luca Guadagnino : Luca nous embarque dans un joli village italien, au cœur des vergers pour nous faire suivre l'été d'Elio, son premier amour, la découverte de la sexualité, le tout avec pudeur, sensualité et passion.
      • La Forme de l’Eau - The Shape of Water de Guillermo del Toro : Guillermo nous conte une histoire d'amour singulière, d'une beauté saisissante.
      • Hérédité d'Ari Aster : une atmosphère angoissante et glaçante où l’horreur monte crescendo pour atteindre son paroxysme. Si l’ensemble du film m’a plus que convaincu, la fin me laisse toujours perplexe (il mérite un second visionnage). Le casting est incroyable surtout Toni Colette et Milly Shapiro.
      • Jusqu’à la Garde de Xavier Legrand : le quotidien d'une mère qui tente tout ce qu'elle peut pour protéger sa famille. Le final est glaçant.



      FLOP & DÉCEPTIONS


      Flop
      • Red Sparrow de Francis Lawrence : affligeant, si je n'avais pas eu une 2° séance après celui-ci, j'aurai quitté la salle. 


      Déceptions
      • First Man de Damien Chazelle : je suis totalement passée à côté, le film m'a laissé de marbre, je n'ai rien ressenti, je l'ai trouvé long et froid, j'attendais énormément du nouveau Damien Chazelle. 
      • Les Crimes de Grindelwald de David Yates : j'avais adoré le 1er opus des Animaux fantastiques et j'attendais celui-ci avec une énormément d'impatience mais quel échec ! Si visuellement, il est très réussi, niveau scénario c'est le néant, sans compter les nombreuses incohérences par rapport à la saga Harry Potter alors que le scénario est signé J.K Rowling... J'espère que le 3° sera meilleur ! 

      Coup de cœur séries 


      • Les nouvelles aventures de Sabrina : j'ai adoré l'ambiance, les personnages, le côté dark, je ne m'y attendais pas et quelle jolie surprise ! Je ne connaissais que la sitcom qui a bercé une partie de ma jeunesse et l'histoire n'avait absolument rien à voir. Surtout que la mention "par les producteurs de Riverdale" ne me vendait pas du rêve bien au contraire (j'ai enfin abandonné la série en me disant qu'elle s'améliorerait). J'ai hâte de voir la suite et heureuse de savoir que la partie 2 sera disponible en avril 2019 ! Mention pour la garde robe de Sabrina dont je suis dingue !
      • Plan coeur : véritable bouffée d'air frais, c'est drôle, décomplexé, émouvant... On s'attache très très vite aux personnages, j'attends avec impatience la nouvelle annonçant la commande d'une saison 2. 

      Quels sont vos coups de cœur ? Vos flops et déceptions ? 

      mardi 18 septembre 2018

      Searching : un thriller 2.0



      Searching - Portée disparue

      de Aneesh ChagantyAvec John Cho, Debra Messing, Michelle La...




      Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches.





      En allant voir Searching, je ne savais absolument pas à quoi m'attendre, je n'avais pas vu la bande annonce, je savais seulement qu'il s'agit d'une histoire de disparition. Quelques tweets par-ci par-là avaient éveillé ma curiosité, ni une ni deux; j'ai décidé d'aller le voir, et en plus il y avait une séance en VOST.

      Nous suivons l'histoire à travers les écrans d'ordinateur comme l'avait fait il y a quelques années  le film d'horreur Unfriended (qui au passage m'avait beaucoup plus ! Le deuxième ne devrait pas tarder). Ce procédé appelé "screelife" est encore peu utilisé et tant mieux.

      Si l'histoire n'a rien d'original, une disparition, une enquête, on a déjà vu et revu ça au cinéma, la force de ce thriller vient vraiment de cette technique, le montage est totalementmaîtrisé.



      L'histoire est rapidement mise en place, on nous présente les personnages au fil de vidéos souvenirs, de photos et on s'attache rapidement à cette famille. John Cho que j'ai connu il a fort longtemps dans American Pie interprète avec justesse ce père en détresse, qui fera tout pour retrouver sa fille et découvrir la vérité. Il s'aperçoit peu à peu qu'il ne connaissait pas sa fille si bien que ça. Debra Messing campe le rôle de l'enquêtrice chargée de l'enquête pour retrouver Margot, elle est très convaincante.

      J'ai pour ma part été happée par l'histoire, j'étais tendue au possible. Qu'est-il arrivé à Margot ? Je me suis laissée porter par les différentes pistes proposées sans deviner le final.

      A travers cette technique, le film dépeint les dérives des réseaux sociaux de l'intérieur, la solitude adolescente que l'on cherche à combler avec les réseaux sociaux, le lynchage public, la violence des commentaires sous couvert d'anonymat, ... Les médias à l'affût, prêts à tout montrer sans filtre, pour faire du sensationnel (je vous conseille vivement le film Nightcall qui traite parfaitement du sujet avec l'excellent Jake Gyllenhaal).

      Vous l'aurez compris, je l'ai beaucoup aimé, j'ai passé un très bon moment de cinéma, du suspens, des émotions, de la tension, des rebondissements, tous les ingrédients pour faire un bon thriller sont présents dans Searching.

      4/5








      lundi 17 septembre 2018

      Séries : qu'est-ce qu'on regarde ?

      Aujourd'hui, j'avais envie parler de mes quelques séries du moment (liste non exhaustive). C'est parti !



















      Take Two : la nouvelle série avec la belle Rachel Bilson dont je suis de plus ou moins loin sa carrière depuis The O.C. Elle y joue le rôle de Sam, comédienne vedette d'un copshow annulé, qui pour un prochain rôle va suivre les enquêtes d'un détective privé interprété par Eddie Cibrian. 

      Les producteurs de l'excellent série Castle sont derrières Take Two, et ça se voit. Tout ce que je peux dire c'est que le duo Rachel/Eddie fonctionne à merveille ! Rachel est toujours aussi pétillante, drôle et touchante. 

      Les personnages secondaires sont également très attachants et sympathiques. On retrouve également Jordan Gavaris, interprète de Félix dans Orphan Black que j'adorais. C'est une série qui fait du bien, la saison 1 comporte 13 épisodes, elle est en cours de diffusion, j'ai pour ma part dévoré 11 épisodes. Alors, la série n'a rien de neuf, on est sur un copshow assez basique mais qui est fort sympathique, ma nouvelle série doudou par excellence, dommage que la saison ne comporte que 13 épisodes.

      La série est apparemment en bonne voie pour obtenir une seconde saison. Rendez-vous sur France 2 (diffuseur de Castle) à partir du lundi 24 septembre pour découvrir ce nouveau duo de choc.


      Insatiable : l'une des dernières création Netflix avec entre autre Alyssa Milano, Dallas Roberts, Debby Ryan et Christopher Gorham... 

      On y suit les aventures de Patty qui a perdu beaucoup de poids suite à un incident, elle souhaite se venger de tous ceux qui lui ont fait du mal lorsqu'elle était obèse.

      La série veut aborder un tas de sujets importants (perte de poids, homosexualité, estime de soi, les TCA...etc...) sous fond de concours de beauté. Elle s'y prend maladroitement et l'ensemble est raté. J'ai souvent trouvé la série grossière, grotesque et ridicule... Patty est tellement insupportable et antipathique, je me demande pourquoi ils ont fait d'elle un personnage imbuvable.

      Le seul point positif de la série est pour moi Dallas Roberts, qui incarne Bob, je l'ai trouvé très touchant, c'est l'un des piliers de la série.

      J'ai regardé cette saison 1 d'un œil distrait et si saison 2, il y a, je ne serai probablement pas au rendez-vous sauf si j'ai rien de mieux à faire.


      The Sinner : l'an passé Jessica Biel revenait sur le petit écran pour notre grand plaisir avec cette nouvelle série. Elle y interprète Cora, une jeune mère, qui commet un acte extrêmement violent sans pouvoir l'expliquer. L'inspecteur Ambrose va alors enquêter pour découvrir ce qui a amené cette jeune femme à commettre l'irréparable.

      J'ai regardé la série, l'année dernière au fil de sa diffusion américaine. Jessica Biel est grandiose ! L'atmosphère est pesante, l'histoire se dévoile peu à peu, tout comme les personnages, on a envie de savoir pourquoi. Bill Pullman est incroyable dans le rôle de l'inspecteur Ambrose.

      Nouvelle saison, nouvelle histoire, on retrouve l'inspecteur Ambrose et je ne vous dirai rien sur l'intrigue, j'ai lancé le premier épisode sans aucune information et le "choc" est d'autant plus fort. Il se passe un tas de choses en seulement 2 épisodes, et on est happé par l'histoire une fois de plus, on souhaite découvrir les secrets de chacun pour comprendre ce qui a conduit à ce résultat. J'ai hâte de découvrir la suite, le casting est impeccable, l'environnement où se déroule l'enquête est très intéressant, c'est compliqué, je ne veux vraiment rien vous révéler donc c'est un peu flou ce que je vous dis là. Mais mon but est juste de vous donner envie de regarder.

      Si vous n'avez pas déjà vu la saison 1, elle sera disponible sur Netflix à partir du 21 septembre.


       Modern Family : dans ce sitcom, on suit les aventures des familles Pritchett, Delgado et Dunphy. La série est loin d'être nouvelle puisqu'aux États-Unis, la saison 10 va débuter fin septembre. Mais je me suis lancée, il y a quelques mois et j'ai dévoré les 7 saisons disponibles sur Netflix et j'ai attaqué la 8°.

      Modern Family me fait énormément rire et je me suis tellement attachée à tout ce beau monde, j'ai également versé quelques larmes. J'ai du mal à choisir mes préférés, peut être les Dunphy mais je les aime tous. C'est une série doudou, un vrai bol d'air frais. Les thèmes abordés le sont toujours avec intelligence et justesse, tout y passe. Le casting est fantastique, j'ai regardé quelques épisodes en VO mais je dois dire que je regarde la série en VF la plupart du temps, je la trouve très bonne.

      Je n'ai pas grand chose à vous dire, à part de vous lancer, vous ne le regretterez pas. 


      Jane The Virgin : Jane, jeune femme vierge, qui se réserve pour le mariage, se retrouve enceinte suite à une insémination artificielle accidentelle... Adapté de la telenovela vénézuélienne Juana La Virgen.

      J'ai commencé Jane The Virgin, il y a quelques mois également, sans lire le résumé, j'en avais entendu parler et je ne savais absolument pas à quoi m'attendre. J'ai tout de suite adhéré, dès le premier épisode, je savais que ça allait me plaire. Le narrateur y est pour beaucoup ! Je rigole, je pleure, j'ai peur avec les personnages, si vous saviez comme j'ai pleuré courant saison 3 (si vous avez vu la série, vous savez pourquoi). Il y a toujours des retournements de situations totalement improbables, mais ça se passe comme ça dans les telenovela (je n'en ai jamais regardé), j'ai dévoré les 4 saisons et j'attends avec impatience la saison 5 mais pas trop quand même car ça sera la dernière et j'avoue que ça sera difficile de leur dire adieu. C'est également une série doudou et ils me manquent déjà ! 

      Tout ce que je peux vous conseiller, c'est d'essayer, vous aurez peut être comme moi un coup de foudre.

      Quelles sont vos séries du moment ?

      dimanche 4 mars 2018

      Lady Bird & Call Me By Your Name : Ode à l'Amour et à l'adolescence

      Il y a un paquet de films dont je voulais vous parler : 3 billboards, In The Fade, Jusqu'à la garde, Stronger, Black Panther, La forme de l'eau, Le Labyrinthe 3, Moi, Tonya, Phantom Thread... Mais je n'en ai pas eu le temps.

      Cette semaine, j'ai vu deux films sur l'adolescence, deux films différents qui m'ont chacun touché d'une manière différente. Tous deux sont nommés aux Oscars.


      Lady Bird de Greta Gerwig


      Avec Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Letts, Lucas Hedges, Timothée Chalamet, Beanie Feldstein...

      J'ai tenté de faire un petit résumé mais ça ne me convient pas alors je vais juste vous parler du film.
      On suit Christine "Lady Bird" au cours de son année de terminale, à Sacramento, en 2002/2003, nous allons voir Lady Bird grandir, tomber amoureuse, avoir ses premières relations sexuelles, se comporter comme une conne avec sa meilleure amie, ses parents... Bref tout ce qui en fait une adolescente lambda : famille, amis, amours (pour simplifier). Le film aborde des thèmes universels, sans taboo, sans chichi. Christine est souvent insupportable, mais elle n'en est pas moins attachante, elle est authentique, elle fait des erreurs comme nous en avons tous fait à son âge.

      Saoirse est parfaite dans ce rôle, elle est parfaite dans tous les rôles (oui je l'adore et je ne suis pas objective) qu'elle s'est vue confier (si vous n'avez pas encore vu le merveilleux et très dur Lovely Bones foncez).


      J'ai beaucoup aimé la relation et les liens qui unissent Christine à son père, ils sont touchants. L'amitié a une place très importante également. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, ils sont importants et permettent également d'aborder d'autres thèmes importants à cet âge.

      Lady Bird, sans vraiment pouvoir l'expliquer, m'a fait du bien, j'ai été émue, j'ai versé quelques larmes à la fin surtout, je crois m'être un peu reconnue en elle, et je pense que l'on peut se retrouver dans chacun des personnages. Je pense que l'époque à laquelle se déroule le film, n'est pas étrangère à cette sensation, puisque j'étais adolescente à cette époque, plus jeune puisque j'avais 14/15 ans et j'arrive à me mettre facilement à leurs places.

      La simplicité est ce qui caractérise le film, la mise en scène est jolie, simple et efficace, le tout porté par un bon casting, que ça soit les "jeunes" et les moins jeunes ainsi qu'une jolie BO.
      Il m'a ému, m'a fait beaucoup de bien, je vous le conseille sans hésitation. (4/5)








      Call Me By Your Name

      de Luca Guadagnino


      Avec Timothée Chalamet, Armie Hammer, Michael Stuhlbarg, Amira Casar, Esther Garrel...


      Été 1983, Elio passe ses vacances dans la maison familiale au nord de l'Italie avec ses parents. Il passe son temps libre entre la musique classique, la lecture, ses amis. Bientôt Oliver, américain, se joint à la famille, pour travailler avec le père d'Elio. Une rencontre qui va les bouleverser et qu'ils n'oublieront jamais.






      Ce film est porté par une ambiance, une atmosphère particulière que nous offre cette maison de campagne italienne, au milieu d'un verger, on ressent cet air de vacances, d'été, de soleil et on aimerait y être nous aussi. La musique, classique, le piano particulièrement (et vous devez savoir que je suis très réceptive à ce genre de musique et à cet instrument) a une place très importante dans le film, il y a également de superbes chansons, je pense notamment à Mystery of Love. Les images sont tellement belles, il y a cette lumière, j'avais envie de redevenir adolescente et de pouvoir flâner tout un été en ne faisant rien d'autre que lire, écouter de la musique, voir mes amis, sortir, être auprès de mes parents... 


      Je vais être honnête, pendant un moment il ne se passe pas grand chose, mais on se laisse porter par cette ambiance plaisante, la beauté des images et cette relation naissante.

      J'ai été épatée par le jeu de Timothée et Armie, ils ont si bien su retranscrire toute la tension sexuelle de ces deux personnages, il y a énormément de sensualité dans ce film, c'est doux et passionnel à la fois, c'est juste beau.

      Il n'y a jamais de vulgarité, ce qui est montré est important, ce qui n'est pas nécessaire ne l'est pas.


      Si de nos jours, il est un peu plus facile d'assumer sa sexualité même si on ne va pas se mentir, ça reste encore difficile, en 1983 c'est encore bien plus difficile, on ressent la détresse d'Elio face à ce désir naissant, ce premier amour qui le déchire d'une certaine façon. Grâce à ses parents, bienveillants et tolérants, sans qu'Elio ne se doute de quelque chose,  ils vont lui permettre d'être celui qu'il est et de vivre cet amour.


      La dernière demi-heure du film est bouleversante. Une scène entre Elio et son père m'a complètement chamboulée, les mots sont d'une telle justesse. Je vais citer ici le roman (une toute petite partie de ce dialogue qui m'a tellement touché parce que je me retrouve dans ces mots).

      "Le manque peut être une chose terrible quand il nous tient éveillé la nuit, et voir les autres nous oublier plus vite qu'on ne voudrait être oublié n'est pas mieux... nous arrachons tant de nous-mêmes pour guérir plus vite qu'il ne le faut, qu'à trente ans nous sommes démunis et avons moins à offrir chaque fois que nous commençons avec quelqu'un de nouveau. Mais ne rien ressentir pour ne rien ressentir - quel gâchis !" (Appelle-moi par ton nom écrit par André Aciman).  

      Un premier amour ne s'oublie pas, quelque soit la durée et la nature de cette relation, il nous change à jamais. Call Me By Your Name a réussi à retranscrire ça. (4.5/5)