mercredi 5 mai 2021

Coup de projecteur sur Blackfish & Blackfish 2 : le combat continue



En 2013 sortait le documentaire coup de poing Blackfish. Il mettait en lumière les conditions de vie des animaux exploités dans les parcs marins du monde entier. A travers la tragique histoire de l'orque Tilikum, Blackfish nous ouvrait les yeux sur les conséquences qu'engendrent la capture des cétacés de leur milieu naturel.

En France, le documentaire a été diffusé en juin 2014 sur Arte puis est sorti en DVD en juillet de la même année.





Quelques informations importantes à savoir sur les cétacés notamment les dauphins et les orques 


Dans la nature, ces animaux parcourent des dizaines de kilomètres quotidiennement et peuvent plonger à de très grandes profondeurs. Ils vivent au sein de groupes sociaux, très soudés, en famille et choisissent leurs amis. En captivité, dans les bassins, on leur retire cette liberté, ils se retrouvent dans une eau chlorée sans une once de vie, pas d'algues, pas de poissons, de sable ou de rochers...


Rien que de l'eau, du béton et du verre... Aussi, on les arrache à leur famille, on les force à cohabiter avec des orques qu'ils n'ont pas choisi et qui ne parlent pas le même langage. Et comme, ils ne peuvent pas fuir en cas de conflit, il arrive que les orques, et les dauphins se battent et s'infligent de graves blessures. Pour forcer les animaux à effectuer des tours, ils sont maintenus un peu en-dessous du seuil de la faim. Enfermés, ces animaux sont condamnés à tourner en rond, à s'ennuyer et adoptent des comportements dû à
ce stress et cet ennui. Ils se tapent la tête contre les parois, ils laissent flotter de longues heures, rongent barreaux et parois... Tout ceci réduit considérablement leur espérance de vie.


Aux États-Unis, il y a les parcs SeaWorld, en Europe, nous avons Marineland, qui est le plus grand parc marin du continent européen. Ce parc a été créé en 1970, on y trouve entre autres des otaries de différentes espèces, des grands dauphins, des orques, des ours polaires, des requins, des manchots... Depuis plusieurs années, le parc voit ses bénéfices diminuer. La fréquentation a également baissé ces dernières années et l'entreprise enregistre des pertes de plusieurs millions d'euros. En 2019, Marineland a enregistré une perte de 5 854 483 € (source)Les chiffres concernant la fréquentation du parc que j'ai pu trouver, sans ceux indiqué sur la page Wikipédia "En 2005, la fréquentation était de 1,25 million de visiteurs. Elle se situait entre 1,2 million et 1,3 million de visiteurs en 2014. En 2015, le parc est fermé après les intempéries du , la fréquentation de cette année-là n'est pas connue. Il rouvre le  et enregistre une fréquentation à 900 000 visiteurs en fin d'année. En 2017, le parc reçoit 850 000 visiteurs." Je n'ai rien trouvé pour 2019 ni pour 2020, mais avec le Covid, les chiffres ne seraient pas représentatifs.

Mon expérience : j'ai grandi à une quinzaine de kilomètres d'Antibes où se trouvent le parc marin Marineland et j'y ai été trois ou quatre fois. La première fois, j'étais vraiment très jeune, j'ai de vagues souvenirs avec mes parents. J'y suis retournée quand j'avais la vingtaine et une dernière fois, en 2012, il me semble. Et j'ai failli oublier mais on m'avait offert "la rencontre avec les dauphins". Alors que je n'aimais déjà pas les zoos et les cirques avec des animaux, je ne m'étais pas interrogée sur Marineland et je regrette profondément d'avoir participé à tout ça. Je pense qu'inconsciemment, je ressentais quelque chose, car pour les spectacles, des orques en particulier,  j'étais à la fois ébahie et impressionnée par ces animaux  que je trouve tellement beaux et majestueux et en même temps au bord des larmes sans savoir l'expliquer. J'ai même connu, l'époque où les soigneurs allaient dans l'eau avec les orques, ça m'a marqué et je m'en rappelle parfaitement. C'était exactement comme ce que l'on voit dans Blackfish, il s'agissait des même tours. C'est en 2000, avec l'arrivée d'une soigneuse ayant travaillé pour Seaworld Orlando que Marineland met en place le travail des soigneurs dans l'eau. Marineland est une institution chez moi, ce parc a toujours attiré énormément de monde, c'est une attraction touristique et une manne financière pour la région. Mais heureusement sa popularité diminue au fil des années. Imaginez des ours polaires sur la Côté d'Azur, c'est une aberration; Des orques, des dauphins et autres animaux marins qui se trouvent enfermer alors que la Méditerranée est à moins d'un kilomètre de leur bassin.

Capture satellite via google maps


Sur cette seconde capture, on aperçoit le bassin des orques divisés en plusieurs parties. On ne peut qu'être frappé par sa taille ridicule. 

Capture satellite via google maps


Blackfish m'a ouvert les yeux lorsque je l'ai découvert sur Arte, il m'a révolté, j'ai pleuré face aux captures en milieu naturel et à cette injustice, lorsqu'on retire les bébés à leur mère... Et je m'en suis voulue d'avoir participé à ça, sans jamais me poser de questions à l'époque. Il a vraiment agi comme un électrochoc.

Je n'habite plus la Côté d'Azur depuis bientôt 8 ans mais j'y retourne environ une fois par an, car toute ma famille y vit et j'ai pu participer à l'une des manifestations devant Marineland, il y a quelques années, il y en a régulièrement, c'était la première fois que je manifestais pour une cause qui me tient à cœur, j'avais embarqué mon papa. Il y a des manifestations très régulières (en dehors des périodes Covid...) pour sensibiliser les personnes qui continuent de s'y rendre.

En octobre 2015, il y a eu de terribles inondations et Marineland a subi d'énormes dégâts. Les eaux des bassins ont été souillés par des torrents de boue, nous ne savons pas combien d'animaux sont décédés exactement suite à ces évènements. Je me souviens du manque de transparence des dirigeants concernant les animaux, le parc... C'était affligeant.




Blackfish 2 : le combat continue est paru en DVD le 2 mars dernier, je dois dire que je suis tombée dessus par hasard sur internet et que je suis foncée l'acheter dès que j'ai appris qu'il était disponible. Je ne voyais pas bien ce qu'il y avait à dire de plus mais je me suis trompée.
Cette suite aborde les avancées de la lutte pour la libération des animaux marins, les espoirs mais également les menaces qu'ils doivent affronter. En effet, s'il y a une progression aux États-Unis et en Europe. On se retrouve 50 ans en arrière en Chine où de nombreux parcs sont construits. Des captures en milieu naturel commence ont lieu en Russie pour des exportations. Toutefois, il semblerait que ça bouge du côté Russe également, je vous invite à lire cet article



S'il est évident qu'on ne peut pas relâcher les animaux dans la nature, nous espérons qu'ils seront placés dans des sanctuaires marins pour leur offrir une vie meilleure tout en leur apportant les soins qu'ils leur sont nécessaires.

Si vous n'avez pas encore vu Blackfish, je ne peux que vous encourager à le regarder ainsi que sa suite. D'ailleurs le DVD Blackfish 2 contient également le premier documentaire. Foncez !

La seule façon de montrer notre désaccord et de ne pas acheter de billets pour les delphinariums et autres parcs marins.

Je vous invite à visiter le site de l'association française C'est Assez !  en cliquant ici pour en apprendre plus sur ce combat.


"Don't buy a ticket !"

6 commentaires :

  1. Bravo pour cet article poignant ! Je me souviens avoir vu le 1 avec toi ça m'a marqué et ouvert les yeux sur tous ces systèmes que je ne souhaite plus cautionner aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ♥
      Je ne me souvenais pas te l'avoir montré ^^

      Supprimer
  2. Très bon article. Merci de m'avoir ouvert les yeux sur ce type de zoo marin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre commentaire, c'est le but de mon article :)

      Supprimer
    2. Très bon article Claire.
      En effet, il faut que cela évolue et que cela s'arrête. C'est plus beau de les voir dans leur milieu naturel qu'entre 4 murs.

      Supprimer
  3. Merci pour cet article très éclairant et important.
    Je n'ai pas eut l'occasion de voir ces documentaires encore mais je suis tout à fait d'accord avec les combats.
    Bravo pour ton engagement et merci pour les recommandations.

    RépondreSupprimer

Merci pour ton commentaire, à très bientôt pour le prochain article :)