vendredi 10 juillet 2020

Lecture #30 : Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

Il y a quelques mois, on nous annonçait la sortie d'un nouveau tome de la saga à succès Hunger Games sortie entre 2009 et 2011 en France puis adaptée au cinéma dans la foulée. Très surprise et ravie par cette nouvelle, j'avais hâte de découvrir cette nouvelle histoire dans l'univers des Hunger Games où je pense qu'il y a encore de nombreuses choses à raconter.

Ce préquel se déroule lors 10° Hunger Games, soit soixante-quatre ans avant le premier tome et va nous conter la jeunesse du futur Président Snow.


Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur vaut-il le détour ?


Nous avons à faire à une belle briquette de 600 pages et même si j'ai aimé plusieurs aspects du roman, je l'ai trouvé trop long pour ce qu'il avait à raconter, ça manque de rythme, c'est vraiment, pour moi, le point noir du roman.

Même si j'ai été ravie de retrouver cet univers bien que très différent des précédents tomes, je n'ai pas été emportée par ma lecture autant que je l’espérais.

On y suit donc Coriolanus Snow, on découvre sa vie, sa famille, son caractère, ses idéaux... On a parfois presque de la pitié pour lui, et au début, je me suis même dit, il est peut être pas si mauvais que ça... Mais tout réside dans le "presque" !

On en apprend un peu plus sur la guerre et sur les Hunger Games. La partie "Hunger Games" dans le roman, celle tant attendu est au final très courte et il y a peu d'action...  On est bien loin des Jeux que l'on connaît, c'est très sommaire, ça n'est pas du grand "spectacle" et tout ce qu'il y a autour n'a rien de grandiose et fastueux, c'est encore plus barbare et les jeux portent bien leur nom.

J'ai trouvé très intéressant que l'on se retrouve du côté des organisateurs, du Capitole, on découvre de nouveaux personnages comme l'horrible Dr Gaul, on apprend d'où viennent les animaux mutants, les geais moqueurs... et je me demande comment elle en est arrivée là. On découvre également l'univers des Pacificateurs. 

Le personnage féminin phare est Lucy Gray, je l'ai apprécié mais elle m'a un peu trop fait penser à Katniss et en ça, je trouve que Suzanne Collins ne s'est pas trop foulée... On découvre les Covey qui ne sont rien d'autres que les artistes et musiciens de Panem. On découvre également d'où vient la chanson que chante Katniss. D'ailleurs en parlant des chansons, c'était sympa au début mais j'ai trouvé ça redondant et un peu pénible !

Mon personnage préféré est Sejanus, je l'ai trouvé très intéressant, je me suis rapidement attachée à lui et on le comprend aisément même si on voudrait le protéger et lui dire d'arrêter les conneries avant que ça tourne mal. Les événements font que j'ai détesté encore plus Snow mais je n'en dirai pas plus.

D'ailleurs, j'ai eu du mal à croire en la relation Snow et Lucy, pour moi, Snow n'est qu'un gros opportuniste, j'ai voulu y croire, lui laisser le bénéfice du doute, lui trouver des excuses, mais forcée de constater qu'il est égoïste et seulement attiré par le pouvoir et l'argent...

Pour conclure, on est loin du coup de cœur, le livre aurait gagné à être plus court, plus rythmé mais on apprend des choses intéressantes malgré tout. J'aurai tendance à vous le conseiller si vous aussi, vous avez adoré la trilogie initiale. Je pense que nous aurons d'autres tomes autour de cet univers si ce nouvel opus rencontre le succès escompté. 


On annonce déjà l'adaptation de ce nouvel opus avec toujours aux commandes Francis Lawrence. Je pense qu'en film, il peut être vraiment vraiment chouette et je me demande qu'elle sera le casting !

1 commentaire :

  1. Je l'ai aussi dans ma pal et il a l'air bien même si je n'ai pas lu les Hunger Games. En tout cas je trouve la couverture vraiment belle.

    RépondreSupprimer

Merci pour ton commentaire, à très bientôt pour le prochain article :)